Tous les articles

[ ZÉRO DÉCHET ] Entretien avec Jérémie Pichon

Créé le : 04/03/2021

Un public nombreux et enthousiaste a répondu présent à la conférence de Jérémie Pichon, organisée par Sans transition ! vendredi 9 octobre dernier à Saint-Martin-des-Champs (près de Morlaix), sur le thème "Vers le zéro déchet et la transition écologique".

Le papa de la Famille Zéro déchet a travaillé plus de 20 ans au sein d'ONG socioculturelles, environnementales et humanitaires. Il a fait le triste constat d’un système basé sur la surconsommation, dévastateur pour l’Homme et son milieu.

En 2014, sa famille et lui décident de se lancer dans un défi Zéro Déchet. En trois ans, ils passent de 390 kg à 1 kg de déchets, soit un bocal par an, et découvrent surtout un nouveau mode de vie soutenable, sobre et heureux. Ils en tirent deux livres, illustrés par la femme de Jérémie Pichon, Bénédicte Moret : la Famille « presque » Zéro Déchet « Ze Guide » et les Z’enfants (presque) Zéro Déchet « Ze mission », parus aux Éditions Thierry Souccar.
Son dernier ouvrage, toujours illustré par Bénédicte Moret, La Famille vers la transition écologique  est paru en mars 2019. L'objectif était de déceler les principaux facteurs d’émissions carbone d’une famille lambda et d'esquisser des pistes d’amélioration pour opérer une transition écologique globale.

"Le zéro déchet est une entrée, un pied à l'étrier pour que les gens commencent à s'engager dans la transition, au quotidien". En amont de la conférence, Jérémie Pichon s'est entretenue avec notre journaliste Magali Chouvion. Retrouvez le replay de cette interview diffusée sur la chaîne de notre partenaire Tébéo :




Plus d'infos : www.famillezerodechet.com

Retrouvez Jérémie Pichon dans notre émission Terre d'Actions "Zéro Déchet : Aux Actes Citoyen·nes !" le lundi 22 mars à 18h !

[JUSTICE] 125000€ d’amende pour avoir dénigré le vin

Créé le : 04/03/2021

© Pixabay

Valérie Murat, porte-parole de l’association Alerte aux toxiques, a été condamnée le 25 février à une amende de 125 000 euros par le tribunal de Libourne (Gironde) pour dénigrement des vins de Bordeaux. Avec son association, elle avait, courant 2020, demandé une analyse auprès d’un laboratoire sur plusieurs bouteilles de vins certifiés Haute Valeur Environnementale* (HVE) issues de domaines bordelais. Ces analyses ont révélé la présence de nombreux pesticides, dont plusieurs perturbateurs endocriniens dans toutes les bouteilles, mais dans des taux inférieurs aux maximums légaux. La communication de ces résultats n’a pas plus au Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), qui a déposé plainte pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière ». Le CIVB a également obtenu le retrait des différents documents relatifs aux analyses effectuées. Quant à Valérie Murat, elle devrait faire appel de sa condamnation, et a depuis reçu le soutien d’une quarantaine d’associations et de plusieurs eurodéputés.

*Certification censée garantir « des démarches respectueuses de l’environnement »

[ALIMENTATION] Des repas végétariens dans les cantines à Hennebont

Créé le : 02/03/2021

© Pixabay

Loin de la polémique stérile autour des repas végétariens dans les cantines de Lyon, la ville d’Hennebont (Morbihan) a fait le choix… de laisser le choix. Depuis début février, une option végétarienne est proposée tous les jours aux élèves des établissements publics de la ville, et ce au même prix pour les familles ! Une initiative vertueuse pour l’environnement et l’éducation alimentaire des enfants, mais aussi pour l’économie locale. La municipalité a fait appel au fournisseur Scolarest, implanté sur la commune. Une illustration de transition douce, parfaitement accueillie par les parents d’élèves. 

[CLIMAT] Une loi climat toujours insuffisante

Créé le : 02/03/2021

© Wikimédia commons

Un collectif d’associations (Greenlobby, Déclic, Together for Earth…) a lancé fin février l’action de mobilisation citoyenne GreenVox, afin de faire évoluer le texte de loi « Climat et Résilience », actuellement en examen à l’Assemblée. Vous pouvez contribuer et alerter vos représentants politiques sur les manquements du projet de loi : mobilité, alimentation durable, création d’emplois verts, etc. Un courrier collectif sera alors envoyé à vos députés et sénateurs afin qu’ils portent votre voix lors des débats législatifs de mars. Une nouvelle forme de démocratie directe que soutient Sans transition !. Pour un projet de loi Climat à hauteur de nos ambitions, rendez-vous sur : greenvox.org.

[AMAZON] Amazon à Briec, c'est non !

Créé le : 02/03/2021

© Pixabay

 

La mobilisation anti-Amazon se poursuit à Briec, au nord de Quimper. À l’appel du collectif Stop Amazon Briec, plus de 300 manifestants ont protesté dimanche 21 février contre les velléités d’implantation de l’ogre industriel américain dans cette petite localité bretonne. L’entreprise s’est défendue dans un communiqué en mettant en avant le nombre d’emplois promis par cette nouvelle plateforme logistique. Les Briecois craignent eux pour la pérennité des commerces de la commune.

[ ALIMENTATION ] Quelles sont les pratiques et les attentes des Français ?

Créé le : 26/02/2021

A la veille des débats parlementaires autour de la loi Climat et Résilience et alors que la déclinaison de la PAC en France est en cours de discussion, le Réseau Action Climat France publie un sondage avec Harris Interactive sur la consommation de viande des Français et leurs nouvelles attentes.

Alors qu’une polémique sur la mise en place de menus sans viande à Lyon a eu lieu en début de semaine, ce sondage permet ainsi de mieux connaître l’avis des Français.  

Une consommation de viande en baisse

La première raison invoquée pour motiver cette baisse de consommation de viande est la santé, puis le bien-être animal et la cause environnementale. 74 % des français profiteraient des économies réalisées par une réduction de leur consommation de viande pour investir dans une alimentation de meilleure qualité, et en particulier une viande de meilleure qualité (bio, produite localement, rémunérée justement pour le producteur, animaux élevés à l’air libre, etc.). Quand on note également que le critère le plus important mis en avant par les français pour l’achat d’une viande est sa provenance locale ou du moins française (58 %), cette forte tendance montre bien qu’une réduction de la consommation de viande par la population française pourrait se faire au profit des élevages de qualité français.

Du côté des alternatives à la viande, les français se tournent massivement vers les protéines végétales brutes ou très peu transformées à 87 % (lentilles, pois chiches, pâtes complètes, etc.), loin devant des alternatives encore peu répandues aujourd’hui comme la viande de synthèse ou les insectes. Les Français plébiscitent tout particulièrement les légumes secs pour leurs qualités nutritives et gustatives, mais également leur prix et mettent en avant le fait qu’ils reflètent la richesse des terroirs français (lentilles vertes du Puy, lentilles du Berry, mogettes de Vendée, haricot tarbais, etc.).

Les Français attendent beaucoup plus de la part des pouvoirs publics

Une majorité des français estime que les pouvoirs publics n’agissent pas suffisamment pour encourager une alimentation de meilleure qualité. Pour 60 % des français, les pouvoirs publics devraient en particulier améliorer l’information sur les alternatives à la consommation de viande, et promouvoir davantage la consommation de viande de meilleure qualité (à 60 % également) et la réduction de la consommation de viande (55%). Une des meilleures solutions pour inciter à consommer une viande de meilleure qualité serait d’en améliorer la distribution (pour 67 % des Français) via les circuits courts de proximité, les magasins spécialisés ou les enseignes généralistes.

Du côté de la production agricole, les Français seraient favorables à 83 % à ce que les pouvoirs publics mettent en place des mesures visant à limiter, en France, la présence des exploitations agricoles les plus industrielles (de type intensif, comprenant un très grand nombre d’animaux, etc.), et attendent pour 88 % d’entre eux des mesures de soutien au développement des élevages durables.

Les résultats du sondage réalisé par Harris-Interactive nous confirment ainsi l'appétence des français pour le “moins et mieux” : moins de viande dans l’assiette mais des produits végétaux et animaux de meilleure qualité, plus durables, locaux sinon français. Ce “moins et mieux”, s’il est bien accompagné par les pouvoirs publics, se fera au profit de la santé de tous et du climat mais aussi des éleveurs, grâce à la réorientation des achats vers des élevages de qualité.

L’intervention des pouvoirs publics devrait en particulier passer par :

  • La loi Climat et Résilience au travers de :
    - la mise en place de l’alternative végétarienne chaque jour ou deux menus végétariens par semaine d’ici 2025 dans toute la restauration collective
    - l’interdiction des nouvelles constructions ou agrandissements des élevages les plus industriels et polluants
  • Le Plan stratégique national (déclinaison de la PAC en France) en cours d’élaboration avec :
    - le recentrage des aides couplées aux élevages les plus durables et résilients,
    - la création d’un système de Paiements pour Services Environnementaux (PSE) “prairie”
    - le renforcement du soutien aux légumes secs et aux fruits et légumes frais via les aides couplées.

> Plus d'infos

Pages

Partager