Tous les articles

[DOSSIER] Pauvreté et santé : l'impossible équation ?

Créé le : 28/03/2021
crédit Pixabay

Par Guillaume Bernard

La Covid-19 nous rappelle à quel point une pandémie touche avant tout les plus fragiles. Logement, âge ou encore situation professionnelle, nous passons en revue les facteurs socio-économiques qui creusent les inégalités en matière de santé. Car une fois encore le constat est là, terrible : plus on est pauvre, plus on est malade !

 

Plus encore que les autres départements, la Seine-Saint-Denis n'était pas prête à affronter l'épidémie de Covid-19. Les chiffres de mortalité le montrent. Entre le 1er mars et le 19 avril 2020, le nombre de morts dans le 93 a augmenté de 134 % par rapport à l'année précédente, d'après une étude publiée fin juillet 2020 par l’Institut national d’études démographiques (Ined). Le département devient alors le deuxième département où la Covid fait le plus de morts après le Haut-Rhin.

Et ce n'est pas un hasard. La Seine-Saint-Denis concentre les différents paramètres identifiés par l'Insee comme augmentant les inégalités sociales de santé : situations de surexposition à la maladie, concentration de publics vulnérables et manque d'accès aux soins. De fait, c'est le département qui présente le plus haut taux de pauvreté de France métropolitaine et se trouve également parmi les plus densément peuplés. Sa situation nous rappelle à quel point nous sommes loin d'être tous égaux en matière de santé.

Logements surpeuplés

Les personnes qui vivent dans des logements surpeuplés sont plus...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ALIMENTATION] « Manger du faux pour le vrai » : Foodwatch révèle les scandales de la fraude alimentaire

Créé le : 26/03/2021

© Foodwatch

Dans une nouvelle campagne lancée le 25 mars 2021, l’ONG Foodwatch alerte sur l’augmentation des fraudes alimentaires dans l’Hexagone. Poisson, miel, épices, et même produits bio… tous sont victimes de larges fraudes et non-conformités, selon l’organisation. Des fraudes allant du mensonge sur l’étiquette et la composition, à l’ajout de dangereux additifs dans des produits impropres à la consommation. Un phénomène qui continue de prendre de l’ampleur selon l’ONG, en raison principalement de la baisse des contrôles sur la sécurité sanitaire des aliments. Face à ce constat, Foodwatch appelle les citoyens à agir, en interpellant les élus via une pétition disponible sur leur site internet.

Plus d’infos 

[MONNAIE LOCALE] Veolia intègre le réseau de La Gonette

Créé le : 26/03/2021

© La Gonette

Par La Gonette

En 2020, des dirigeants salariés de Veolia Eau Centre Est et Eau du Grand Lyon ont entamé la démarche d'adhésion à La Gonette, monnaie locale complémentaire & citoyenne de la région lyonnaise. Leur candidature a été reçue en décembre 2020 pour intégrer le réseau des professionnels, qui regroupe 340 entreprises & associations engagées dans une démarche locale, humaine, écologique et démocratique. Cette adhésion a été validée le 18 Mars 2021 par le Conseil des Collèges de La Gonette suite à la consultation des adhérents.

La demande d’adhésion de la filiale lyonnaise de Veolia, entreprise internationale, membre du CAC40, a soulevé, à La Gonette, des interrogations et des débats sur la question de la gestion du service public par une société privée. La principale activité de la filiale repose en effet sur un service de distribution de l’eau dans le cadre d’une Délégation de Service Public. La mission de La Gonette - faire de la monnaie un commun, au service de l'intérêt général et du bien vivre - a pu sembler, pour certains adhérents, en contradiction avec le mode de fonctionnement d’un groupe comme Veolia. La démocratie monétaire étant au cœur du projet, La Gonette a invité le 4 mars dernier, l'ensemble de ses adhérents (particuliers et partenaires) à prendre connaissance de cette candidature et de ses enjeux pour s'exprimer et statuer sur la candidature de Veolia Eau Centre Est et d'Eau du Grand Lyon. La Métropole de Lyon, qui venait de décider le passage en régie publique de l'eau pour 2023 a également été informée. Suite à cette consultation qui a rassemblé 63 personnes pour 125 inscrits pendant laquelle les dirigeants salariés de Veolia Eau Centre Est et d'Eau du Grand Lyon ont pu répondre aux interrogations, le Conseil des Collèges de La Gonette (organe décisionnaire composé d'adhérent.es élu.es) s'est réuni les 15 et 18 mars derniers pour se saisir du résultat des votes et statuer sur cette candidature. Il a adopté une délibération au consentement qui donne lieu à ce communiqué commun : Dans une démarche inclusive et bienveillante, le Conseil des Collèges a décidé d'accepter la candidature de Veolia Eau et d'Eau du Grand Lyon dont l’initiative revient aux salariés dirigeants, ce pour la durée de la Délégation de service public (soit jusqu'au 31 décembre 2022) et sous les conditions suivantes : les deux partenaires ont conscience qu’il s’agit d’une expérimentation qui les engage l’un et l’autre.

Plus d'infos

[PATRIMOINE] Dans le Lot, les moulins entre deux eaux

Créé le : 26/03/2021
photo : C.Pelaprat)

Légende : Jean-Louis Foucalet entend faire revivre le moulin de Merlançon. (photo : C.Pelaprat)

Par Christophe Pélaprat

 

Les moulins peuvent-ils être utiles à la transition énergétique ? Pour l'association des Moulins du Quercy, valoriser leurs capacités hydroélectriques serait même le meilleur moyen de les sauver. Mais leurs ouvrages hydrauliques sont aujourd'hui remis en cause par la loi sur l'eau. Dilemme entre énergies renouvelables et préservation écologique.

« Il fallait le sauver, c'était le dernier carat », explique Jean-Louis Foucalet devant son moulin de Merlançon, sur la rivière du Célé, dans le Lot. Séduit par ce site, il l'a tiré des broussailles il y a quinze ans. Le bruit de l'eau court toujours sous la bâtisse rénovée, le bief permet encore de capter une part de la rivière, qui faisait tourner deux meules jusqu'en 1954, ainsi qu'une turbine installée dans les années 30 pour alimenter en électricité une propriété voisine.

Jean-Louis Foucalet entend bien poursuivre la restauration de ces ouvrages et profiter de l'énergie hydroélectrique potentielle qu'il entend couler quotidiennement sous son plancher, grâce à une hydrolienne - une petite turbine hydraulique - qui lui permettrait de subvenir à l’alimentation électrique de sa maison. « Un moulin peut toujours être utile, et même productif. J'ai restauré ce site dans un esprit d’autonomie, en voulant conserver le potentiel que représente ce moulin », affirme avec évidence celui qui est aussi le secrétaire de l'...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

[ TERRE D'ACTIONS ] Le replay de l'émission avec Jérémie Pichon

Créé le : 24/03/2021

Jérémie Pichon, le papa de la famille (presque) zéro déchet était le premier invité de notre nouvelle émission Terre d'Actions, sur le thème "Zéro Déchet : Aux Actes Citoyen·nes !"

Retrouvez le replay de l'émission, organisée avec le soutien de la Macif Grand Est :



Nous tenons à remercier les acteurs locaux qui sont intervenus (Nettoyons et préservons la nature, l'association Yoyo), les internautes participant·es et les interprètes en langue des signes française.

Bon visionnage !

[AGRICULTURE] Chanvre en Pays d’Arles : une filière Bio en construction

Créé le : 24/03/2021
crédit Pixabay

Crédit : Pixabay

Par Maëva Gardet-Pizzo

Autour d’Arles, la Scop ABC Chanvre s’attelle à créer une filière chanvre bio en économie circulaire. En plus d’apporter de véritables revenus aux agriculteurs, la plante peut être utilisée dans de nombreuses industries en remplacement de matériaux polluants. Après une phase de tâtonnement, le projet se concrétise.

Ses fibres solides ont longtemps été plébiscitées dans la construction d’habitats et la fabrication des voiles et cordages de la marine. Puis sa production a périclité au profit, entre autres, du coton de la machine à vapeur et du nylon. Mais le chanvre connaît un nouvel essor depuis une quarantaine d’années, en particulier en France puisque le pays en est le premier producteur européen avec 1414 producteurs et plus de 16 400 hectares cultivés en 2019. Une production dont 70 % a été exportée en 2019. C’est dans cet élan que s’inscrit ABC Chanvre en souhaitant réimplanter cette culture du chanvre bio dans le sud de la France, et plus particulièrement en pays d’Arles.

Une plante multifonction qui remplace des matériaux polluants

C’est avec son coach de projet Serge Lièvremont qu’Axel Bougrainville s’associe, (avec un associé extérieur) pour créer début 2020 la Société coopérative ABC Chanvre. Spécialiste de l’éco-construction bois, Serge Lièvremont a depuis quelques années une expérience du chanvre en isolation, qui présente de nombreuses vertus. « Alors que la production de béton génère beaucoup de...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

Pages

Partager