transition

[ VOYAGE EN TRANSITION ] Le replay de l'émission avec Fabrice Midal

Créé le : 08/04/2021

Fabrice Midal était l'invité de notre émission Voyage en transition le 1er avril sur le thème "Méditation : comment rester serein aujourd'hui ?"

Fabrice Midal est docteur en philosophie. Il découvre la méditation il y a 30 ans et l’enseigne depuis 20 ans. Spécialiste des violences du quotidien (burnout, manipulations, addictions numériques), il fonde en 2006 l’École occidentale de méditation afin de transmettre une méditation permettant d’y faire face concrètement.

Retrouvez le replay de l'émission ici :

 

Un grand merci à tou·tes les participant·es à notre émission !

Organisée avec le soutien de la Macif Île-de-France.

> Retrouvez tous nos événements sur la page Conférences !

 

[GRAND ENTRETIEN] Lucie Pinson : "la finance, un levier majeur de la transition"

Créé le : 12/03/2021
Crédit photo : Stéphane Cojot-Goldberg

Crédit photo : Stéphane Cojot-Goldberg

Propos recueillis par Élodie Crézé

"La finance au service du climat", tel est le slogan de l'ONG Reclaim Finance, créée par Lucie Pinson, récompensée du prestigieux prix Goldman en novembre 2020. Celle qui mène une croisade contre les énergies fossiles a déjà obtenu quelques belles victoires auprès du quatrième secteur bancaire mondial, la place financière parisienne. Des dizaines d'acteurs financiers se sont ainsi engagés à sortir du charbon...

 

Pourquoi avoir créé l'ONG Reclaim Finance ?

Très peu d'ONG travaillent sur le dossier financier1, alors que je considère que c'est un levier majeur pour régler certains problèmes. Il peut être un véritable accélérateur de la transition. On peut le comprendre mathématiquement : il y a des milliers de projets d'énergies fossiles auxquels il faut s'opposer pour éviter leur développement, et il en existe un nombre encore plus important déjà en opération, qu'il va falloir arrêter. Or on ne dispose pas des ressources pour s'attaquer à ces milliers de projets un par un. Néanmoins, on se rend compte qu'on trouve les mêmes banques, quelques dizaines, internationales, impliquées derrière les projets ou les entreprises qui les portent, et un nombre encore plus restreint d'assureurs. Il est donc intéressant de passer par le levier financier.

Comment travaillez-vous ? Vous proposez une double approche...

Nous travaillons sur l'ensemble des acteurs de la finance (investisseurs, assureurs, banques centrales, agences de notation, courtiers, etc) mais...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[AFTERWORK] Mobilité et transition avec Rob Hopkins

Créé le : 11/02/2021
AfterWork Rob Hopkins

Par Sans transition !

Pendant le Digital Tour avec Rob Hopkins, Sans transition ! a organisé, en partenariat avec la Fondation Macif un afterwork en ligne dédié à la transition et aux questions de mobilité et d'inclusion.

Comment limiter notre empreinte environnementale et s'acheminer vers un horizon "zéro carbone" ? Quelles solutions s'offrent à nous pour réduire les fractures sociales ?

Rob Hopkins est revenu sur les solutions pour diminuer notre empreinte et favoriser les déplacements doux.
Des acteurs locaux nous ont présentés des solutions concrètes pour diminuer les inégalités et favoriser l'inclusion : Francis Demoz, délégué général du Laboratoire de la Mobilité Inclusive et Nathalie Lienard, directrice de l'Association L'Aiguillage.

Vous pouvez voir ou revoir cet Afterwork ici :

[ ROB HOPKINS DIGITAL TOUR ] Le replay

Créé le : 04/02/2021

Rob Hopkins est de retour à l'initiative du magazine Sans transition ! pour une tournée dématérialisée qui a débuté le 27 janvier.

Retrouvez le replay de la rencontre en ligne du mercedi 27 janvier sur le thème "Réinventer la démocratie locale", avec le soutien de la Ville de Lyon et en partenariat avec Biocoop Restauration, la maison d'édition Actes Sud et le Salon Primevère :

Retrouvez le replay de la rencontre en ligne du vendredi 29 janvier sur le thème "Pour une transition joyeuse et collective", avec le soutien de Nantes Métropole et en partenariat avec Biocoop Restauration, la maison d'édition Actes Sud et Armor Print Solutions :

Retrouvez le replay de la rencontre en ligne du mardi 2 février sur le thème "Les jeunes pour le climat", avec le soutien de la Ville de Bordeaux et en partenariat avec la maison d'édition Actes Sud et Biocoop Restauration.

Et enfin, vous pouvez également visionner la dernière rencontre en ligne dédiée à l'alimentation, réalisée le 02 février avec le soutien de la ville d'Annecy et en partenariat avec Naturopolis, Biocoop et Actes sud :

> Vous pouvez retrouver toutes nos vidéos sur notre chaîne Youtube et notre page Facebook.

 Et retrouvez Rob Hopkins lors de ses prochaines dates du Digital Tour ! 

[TRANSITION] Un observatoire pour les objectifs régionaux en matière de climat

Créé le : 11/01/2021
pixabay

Crédit photo : Pixabay

Par Sans transition!

L’Observatoire des objectifs régionaux climat énergie, outil développé par le Réseau Action Climat France pour la transition écologique et énergétique des territoires, a été lancé il y a 5 mois. L'occasion de rappeler sa fonction en conférence de presse, avec les acteurs membres, tels que l'Ademe, l'association négaWatt ou encore le Cler.

Année après année, le but de l'observatoire sera de rendre transparentes, pour le citoyen, les politiques des territoires choisies en vue de la transition, et ce dans les différents secteurs (bâtiment, transports, déchets, energies renouvelables, etc.). Il permettra d'analyser les évolutions réalisées vis-à-vis des objectifs fixés dans les politiques régionales et de visualiser les écarts entre objectifs affichés et réalisations effectives des régions.

En d'autres termes, selon Hervé Lefebvre, chef du Pôle trajectoires bas carbone pour l'Ademe, "l'observatoire permettra de constater si la région satisfait ou non ses engagements pris". Les objectifs de chaque région sont définis dans les SRADDET, les schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires créés en 2015 par la loi NOTRe, et autres documents de planification.

Pour Adrien Jacob, chargé de projet à Négawatt, 3 indicateurs principaux, qui figurent normalement dans les objectifs que se fixent les régions, seront ainsi régulièrement passés au crible par l'observatoire : les émissions de gaz à effet de serre totales de chacune des 13 régions, la consommation finale d'énergie et la production d'énergie renouvelable. En revanche, l'observatoire n'a pas vocation à comparer les régions entre elles, ni même de comparer les politiques régionales menées par rapport aux objectifs nationaux fixés en faveur de la transition.

Zoé Lavocat, responsable Climat et territoires au Réseau Action Climat, a précisé qu'une mise à jour régulière des données récoltées auraient lieu, en fonction notamment des éventuelles modifications opérées sur les Sraddet, mis en oeuvre depuis 2020. "Nous souhaitons rendre cet outil pédagogique pour qu'il soit accessible à tous", a-t-elle ajouté. À suivre donc.

Plus d'infos : Observatoire des objectifs régionaux climat-énergie – Où en sont les régions dans la transition ? | Réseau Action Climat (reseauactionclimat.org)

[5G] : Le Sénat prend acte du rapport du HCC sur l'impact carbone de la 5G

Créé le : 18/12/2020

Crédit : pixabay

Par Sans transition!

Alors que le gouvernement souhaite déployer la 5G début 2021, ce 18 décembre, le Sénat s’est fendu d’un communiqué pour exprimer ses doutes sur ce déploiement. Et pour cause : le Haut conseil pour le climat (HCC), saisi en mars dernier par le président du Sénat Gérard Larcher, a publié ce jour un rapport inédit d’évaluation de l’impact environnemental de la 5G.

Le résultat de l’analyse du HCC est sans appel : l’impact carbone du déploiement de cette nouvelle technologie mobile est considérable, la 5G contribuera bien à une augmentation de l’impact environnental causé par le numérique.

Le Sénat constate également que les orientations du HCC « confortent la proposition de loi sénatoriale visant à réduire l’impact environnemental du numérique: limitation du renouvellement des terminaux par une lutte contre l’obsolescence programmée ; fixation d’objectifs de réduction des impacts des réseaux sous le contrôle du régulateur, l’Arcep ; inscription d’engagements environnementaux minimaux dans les futures attributions de fréquences mobiles. »

Prenant acte, le Sénat explique qu’ il examinera la proposition de loi du 12 janvier « sans attendre l’annonce de la feuille de route du gouvernement sur le sujet, dont le Haut conseil pour le climat relève lui-même qu’elle n’apporte pas "pour le moment de garantie que la somme de [ses] mesures se traduise par moins d’émissions" ». Et de rappeler : « cette démarche doit engager structurellement la France sur le chemin de la neutralité carbone ». Un beau camouflet pour le gouvernement.

Reste à savoir, si en se montrant aussi réservés sur la 5G, les sénateurs rejoindront ainsi, aux yeux du président Macron, le camp des « Amish ».

>>Retrouvez notre dossier complet sur la 5G dans le Sans transition n°25 

 

Lien vers l’Essentiel de la proposition de loi : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/Developpement_durable/20201216_Essentiel_PPL_EEN.pdf

[AFTERWORKS] Quelles mobilités pour demain ?

Créé le : 27/11/2020
Mobilité

Par Sans transition !

Pendant le mois de l'économie sociale et solidaire, Sans transition ! a organisé, en partenariat avec Macif et sa Fondation un cycle d'afterworks en ligne dédiés à la transition et aux questions de mobilité. Quels sont les impacts des transports sur la pollution de l’air et la santé des citoyen.ne.s ? Comment réduire notre empreinte environnementale et s’acheminer vers un horizon « zéro carbone » ? Quelles sont les solutions pour développer une mobilité durable qui réduise les fractures économiques et sociales ? Ce cycle de conférences nous a permis d’aborder ces questions avec 4 conférenciers et des acteurs locaux qui nous ont présentés des solutions concrètes en régions.

 

Mobilité et biodiversité avec Francis Hallé
Retrouvez le replay de la conférence avec avec Francis Hallé, botaniste et auteur, spécialiste des arbres et forêts primaires. Avec la participation de Kamel Saci, délégué national et animateur de la commission régionale ESS à la Macif, d’Alain Jean, gérant de Rézo Pouce (réseau d’auto-stop de proximité) et d’Alexandre Jouaville, directeur de la Scic Mobilib-Citiz (solution d’auto-partage à Toulouse).


 

Mobilité et accessibilité avec Karima Delli
Retrouvez le replay de la conférence avec Karima Delli, députée europénne et présidente de la Commission transports & tourisme. Avec la participation de Lynda Bensalla, déléguée nationale et animatrice de la commission Fondation Macif, de Marie Danjean, chargée de projets aux Compagnons bâtisseurs (chantiers de réhabilitation de l’habitat, réseaux d’entraide de proximité et insertion par l’activité économique) et d’Emmanuel Vial directeur des habitats à l’ESAT La Roche (accompagnement par le travail en région lyonnaise).


 

Mobilité et résilience avec Arthur Keller
Retrouvez le replay de la conférence avec Arthur Keller, ingénieur de formation spécialisé dans le domaine des vulnérabilités des sociétés humaines et des stratégies de transition écologique et de résilience. Avec la participation d’Alain Comont, mandataire Macif de la Région Bretagne-Normandie, d’Albane Durand, directrice de l'association Ehop Covoiturons-nous (réseau de covoiturage en milieu rural et en entreprise dans le Grand Ouest) et d’Olivier Girault, gérant de la Scop Tout en vélo (service de livraison dernier kilomètre et de déménagement à vélo à Rennes).


 

Mobilité et climat avec Jean Jouzel
Retrouvez le replay de la conférence avec Jean Jouzel, climatologue et glaciologue, ancien vice-président du conseil scientifique du GIEC. Avec la participation de Martine Fournier, chargée de mission Fondation, Economie sociale, RSE à la Fondation Macif (région Grand Est), de Nathalie Muguet, gérante de Bike in the city (service de coursiers à vélo à Mulhouse) et de Guy Staedelin, président du pays de Thur Doller (Pôle d’équilibre territorial et rural situé dans les Vosges alsaciennes).

[LE WEB SONNE] Le replay de la conversation citoyenne avec Jean Jouzel

Créé le : 06/11/2020

Par Sans transition! 

Le troisième épisode du Web Sonne, l’émission en direct de Sans transition ! avait pour invité Jean Jouzel, climatologue et glaciologue, ancien vice-président du groupe scientifique du GIEC. Vous êtes déjà près de 2 000 à avoir suivi cette émission en partenariat avec Harmonie Mutuelle sur nos différents réseaux. Alors mille merci !

 

Retrouvez le replay de cette émission avec Jean Jouzel !

[LE WEB SONNE] Le replay de la conversation citoyenne avec Jean-Louis Etienne

Créé le : 15/10/2020

Par Sans transition! 

Le deuxième épisode du Web sonne, l’émission en direct de Sans transition ! avec en invité le célèbre explorateur Jean-Louis Etienne, est passé. Pour ce second rendez-vous, vous êtes plusieurs milliers à avoir suivi cette émission en partenariat avec Harmonie Mutuelle sur nos réseaux. Alors mille merci !

Jean-Louis Etienne est le premier homme à avoir atteint le pôle Nord en 1986, en solitaire.

Retrouvez le replay de cette conversation citoyenne avec le célèbre explorateur français ci-dessous.

[INTERVIEW] Rob Hopkins : « Faire vivre cette autre vision du futur »

Créé le : 24/09/2020
conférence à Toulouse le 19/09/20

Photo : Conférence à toulouse le 19/09/2020. crédit Bénédicte bernard

Par Sans transition! 

Ce jeudi soir à Mazan (Vaucluse), s'achève notre cycle de conférences avec Rob Hopkins, enseignant en permaculture et initiateur du mouvement mondial des Villes en transition. A l'occasion de cette dernière soirée, Sans transition! vous livre un extrait de son interview, à retrouver en intégralité dans notre Hors-Série consacré à la transition. 

Propos recueillis par Julien Dezécot

Interprétariat : Rachelle Brévière et Xavier Combe

Comment s’est passé le confinement pour vous Rob ? En avez-vous profité pour faire travailler votre imagination ?

J’ai passé beaucoup de temps chez moi avec trois de mes quatre fils. C’était un moment privilégié en famille. Au début, c’était un peu comme un congé : j’ai jardiné, je me suis consacré à des tâches que j’avais remises à plus tard. J’ai beaucoup lu. Et puis j’ai pu dessiner. Dans ma vie, c’est par l’art que je m’exprime pour faire travailler mon imagination. À l’âge de 17 ans, je faisais de la litho-impression. Je n’ai pas eu l’occasion de faire ça depuis très longtemps mais la lumière de ce printemps était si merveilleuse que ça m’a relancé. Cette possibilité de regarder la nature, de me concentrer pendant quelques heures nourrit mon imagination, me donne de l’espace, du temps, et me permet de comprendre qu’il faut mieux lui prêter attention. Je crois que cette période était ce que l’on peut appeler d’extraordinaire. Un moment de pause et de réflexion. Et comme beaucoup de personnes, je me sens différent à l’issue du confinement. 

En quoi la transition, que vous racontez dans vos ouvrages, est-elle une réponse collective enthousiasmante pour un monde d’après, plus juste et solidaire ?

Les sondages que j'ai pu lire pendant le confinement montrent que beaucoup de gens se disent : « Nous ne voulons pas du monde d’avant, nous devons exploiter cette opportunité pour avancer, pour mettre en place quelque chose de différent et de meilleur ». À Milan, par exemple, 130 km de pistes cyclables vont être construites. Des zones piétonnes se sont étendues dans différentes villes. On regarde aussi l’alimentation de manière différente, avec de nouvelles opportunités, plus locales et biologiques. Les questions sur le monde d’après sont vraiment très présentes dans le mouvement de transition. Celles et ceux qui se posent des questions, mais qui ne connaissent pas le mouvement de la transition, regardent notre mouvement et se disent : « C’est peut-être là que se trouve l’espoir d'un monde plus juste et solidaire ». Et peut-être y aura-t-il, dans les mois à venir, une deuxième vague de pandémie. Peut-être, alors, y aura-t-il aussi une deuxième vague de transition.

Pouvez-vous nous dessiner, à l’échelle d’une ville ou d’un territoire, cette transition concrète construite avec les citoyens ?

L’imagination fleurit lorsqu’elle n’a pas de limite. Lorsqu’une ville ou une région facilite l’imagination de manière explicite et puis la convoque, le champ des possibles s’ouvre. Nous pouvons envisager un modèle économique nouveau, qui maximise le temps et les connexions à notre disposition. Mais nous devons absolument nous éloigner de ce modèle économique d’extraction (extractive top-down economy), en commençant pas nous extraire le plus possible des hydrocarbures pour décarboner nos villes. Pour cela, utilisons les institutions, les hôpitaux, les écoles, les institutions publiques pour mettre en place un modèle où le pouvoir de dépenser de l’argent sera transformé. Donc cette ville en transition, ou cette région, repenserait la démocratie avec des assemblées de citoyens, la mise en place de budgets participatifs, de nouveaux modèles démocratiques qui créeraient des bureaux de l’imagination civique, comme c’est déjà le cas à Bologne. Le but : faire revivre la démocratie et l’imagination, précieuses car vitales. À mesure que les choses se développent, les municipalités, les régions, réétudieraient l’école et la pédagogie : moins de sanctions, de notes et ainsi de suite ; plus d’acquisition de compétences, de culture de l’imagination, plus de rapport avec le lieu, le « local » où se trouve l’école. Je crois que le message principal est : toutes les choses dont nous avons besoin ou que nous pourrions faire pour changer le monde existent déjà, quelque part. Tout existe, tout est à notre disposition. Nous devons simplement utiliser les bonnes ressources à la bonne échelle pour aller de l’avant.

C’est le puzzle de la transition.

Oui. Et ce sera l’époque la plus extraordinaire de l’histoire. La promesse des élections municipales françaises va en ce sens. Dans votre pays les régions, les villes, seront désormais gérées à l’aune de l’urgence climatique. Cette dynamique montre aussi que, dans les années à venir, il faudra une révolution de l’imagination en France. Cette idée est tout à fait stimulante et passionnante.

Comment se construit et évolue le réseau des Villes en transition  que vous avez largement contribué à bâtir ?

La transition, ce n’est pas quelque chose qui fonctionne comme une franchise Coca-Cola. Ce n’est pas contrôlé à partir d’un noyau central. C’est un exemple tout à fait fascinant de comment une idée peut trouver son propre rythme dans le monde. Dans tous les endroits que je visite où la transition est en marche, il y a des choses qui me paraissent familières. J’entends par là, une certaine manière d’envisager le travail, de rêver ensemble, d’imaginer ensemble, de s’engager collectivement, de travailler sur le terrain de manière tangible. Ce qui est vraiment formidable, c’est que chaque endroit, chaque culture, crée sa propre version de la transition. Souvent sans financement, juste avec des bénévoles. 

Aujourd’hui, combien de villes sont en transition dans ce réseau mondial, ou se déclarent comme telles ?

C’est une question difficile. Dans la plupart des villes, la transition se met en place dans des quartiers. À Paris par exemple, il existe 15 ou 20 groupes en transition dans différents quartiers. À Londres, on en compte 45 ou 50. « Transition Londres » n’est qu’un réseau très informel. Le pouvoir de la transition, c’est qu’elle part du terrain. Elle naît à l’échelle d’un quartier, et parfois même à l’échelle d’une rue, d’une école, d’un immeuble. À Sao Paulo, au Brésil, les groupes en transition travaillent dans des quartiers de classes moyennes mais également dans des favelas. L’estimation de leur nombre est donc, de fait, très difficile. Et puis un groupe peut être très actif pendant une certaine période de temps, puis entrer en latence et un autre groupe prend le relais. Je crois qu’au Royaume-Uni, on a recensé quelque 400 groupes. La moitié d’entre eux travaillent en zone urbaine. À l'échelle mondiale, je dirais que plusieurs milliers de groupes sont actifs aujourd'hui.

 

Ce soir, Rob Hopkins donnera une dernière conférence après une tournée exceptionnelle dans toute la France, à 20h30 à la Boiserie de Mazan (route de Modène, Mazan). Plus d'informations sur http://www.sans-transition-magazine.info/rob-hopkins-mazan 

>>>>>Retrouvez nos entretiens vidéos de Rob Hopkins sur notre site Internet : www.sans-transition-magazine.info

>>>>>Commandez notre hors-série consacré à la transition sur http://www.sans-transition-magazine.info/kiosque

Pages

Partager

S'abonner à transition