réseau action climat

[AVIATION] Compensation carbone : que du vent ?

Créé le : 22/03/2021

© Pixabay

Le 18 mars, le Réseau Action Climat a publié en avant-première les résultats d’une étude de la Commission Européenne sur le système de compensation carbone du secteur aérien. Présenté comme une solution pour une « croissance neutre en carbone du secteur aérien », ce dispositif, nommé Corsia, sera en réalité « inefficace pour réduire l’impact climatique de ce secteur ». Entre autres, les programmes labellisés par le dispositif ne permettront pas de « réductions d’émissions réelles et permanentes », relève l’étude, rendant « peu probable » la réalisation de l’objectif de « croissance neutre ». Pire encore : l’achat potentiellement illimité et à très bas coût de crédits de compensation carbone pour les compagnies, « n’aura aucune incidence sur les décisions d’investissement ou d’exploitation du secteur », estime la Commission, alors que celui-ci est censé permettre la diminution des vols intérieurs. De son côté, la France refuse toujours de prendre des mesures de réduction des émissions pour le secteur aérien, pourtant proposées par la Convention Citoyenne.

[PLAN DE RELANCE] : les 43 milliards d'euros prioritaires pour le réseau action climat

Créé le : 31/07/2020
logo réseau action climat

Par Réseau action Climat

Aujourd’hui le Réseau Action Climat publie ses recommandations pour un Plan de relance vert et solidaire. S’appuyant sur 3 principes devant structurer l’allocation des fonds, il liste les domaines prioritaires et les montants nécessaires pour les deux prochaines années. Alors que les financements publics ont été majoritairement fléchés jusque là vers des secteurs polluants, sans réelle contrepartie demandée par l’Etat, il est temps pour le gouvernement de démontrer sa volonté d’un changement de cap.

Alors que Bruno Le Maire déclarait mardi à l’Assemblée nationale que "c'est tout le plan de relance qui visera la décarbonisation de l'économie", le Réseau Action Climat lui répond “Allons-y !”. Car ce plan doit répondre à trois principes : accélérer la baisse des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, allouer au moins 50 % des fonds à la transition écologique juste et appliquer le principe “do no harm”, c’est à dire exclure les secteurs néfastes pour le climat ou l’environnement.

Parmi les priorités, le Réseau Action Climat liste les domaines où des investissements publics supplémentaires sont nécessaires, et ceci à hauteur de 43,4 milliards d’euros pour les deux années à venir, sans couvrir la totalité du périmètre du Plan de relance. Parmi ces financements, 13,4 milliards pour les transports, 8 milliards pour la rénovation des bâtiments, 6 milliards pour les énergies renouvelables et 5 milliards pour l’industrie, mais aussi 15,8 milliards pour la transition juste. A côté des investissements indispensables pour la transition, le Réseau Action Climat ajoute des financements d'ingénierie pour augmenter les capacités humaines nécessaires dans les collectivités territoriales pour instruire les dossiers, mobiliser les acteurs des territoires et assurer la mise en oeuvre des politiques de la transition écologique l’échelle locale.

Le Réseau Action Climat appelle le gouvernement à mettre les enjeux de la transition écologique et juste au centre du Plan de relance pour enfin engager la France sur une trajectoire climatique ambitieuse, gage de créations d’emplois pérennes.

Partager

S'abonner à réseau action climat