économie coopérative et circulaire

[ ÉCONOMIE ] Restitution de l'Etude Reloc'h

Créé le : 15/04/2021
Photo : Pixabay

Ce jeudi matin, les résultats de l'étude Reloc'h portant sur les relocalisations et localisations envisageables en Bretagne et initiée par le réseau Produit en Bretagne étaient présentés aux adhérents du réseau, ainsi qu'à la presse. Des résultats attendus et qualifiés "d'encourageants" par le président du réseau.

" Il existe en Bretagne un potentiel de relocalisation très important et quantifiable. Des centaines de milliers d’emplois sont relocalisables, mais il va falloir travailler pour cela". Un constat dressé par Loïc Hénaff, président du réseau Produit en Bretagne, résultats de l'étude Reloc'h à l'appui.

Conçue comme un outil d’aide à la décision pour les politiques publiques et les entreprises, cette étude peut permettre "d'allumer une étincelle chez les chefs d’entreprises qui n’auraient pas mesuré le potentiel économique du territoire". Car Loïc Hénaff en est convaincu, "la Bretagne a un bel avenir, elle peut connaître un renouveau !".

Co-financée par Produit en Bretagne, le Crédit Mutuel Arkéa, le Medef et la région Bretagne, cette étude a également permit d'identifier des secteurs vers lesquels les chefs d’entreprise ne pensaient pas forcément aller, comme celui du tri ou celui des emballages. 

"Les entrepreneur.e.s ont découvert un gisement de développement économique qu’ils ne soupçonnaient pas" a de son côté déclaré Alan Fustec, dirigeant du cabinet Goodwill Management missionné pour la réalisation de cette étude. "Ce travail a créé un certain enthousiasme et l'étude a été bien accueillie par les entrepreneur.e.s, car considérée comme crédible. Elle offre effectivement des perspectives importantes !".

"Les délocalisations nous on fait perdre des pans entiers de compétences qu'il faut aujourd'hui retrouver. Un vrai travail de formation doit être mis en place, mais après seulement avoir identifié les secteurs à fort potentiel de relocalisation". Un projet qui se veut responsable et qui a pour mission de préserver le capital naturel. "Il faut inventer des solutions simples et la Bretagne a une carte à jouer, car elle est très en avance dans certains domaines, comme celui des low-tech".

Les résultats de l'étude sont consultables et téléchargeables sur le site de Produit en Bretagne.

 

[ENTRETIEN] Isabelle Delannoy : « Notre vision de l’économie doit être connectée avec la nature »

Créé le : 27/11/2020
isabelle delannoy/ crédit Julien dezécot

crédit photo: JD

Propos recueillis par Julien Dezécot

Engagée depuis 30 ans, Isabelle Delannoy a co-écrit le film Home et La Terre vue du ciel avec Yann Arthus-Bertrand. Ingénieure en agriculture, cette militante a également rédigé L'économie symbiotique. À l'heure de la Covid, son livre résonne comme une proposition politique, pour une véritable transition économique. Rencontre.

 

Dans votre ouvrage L’économie symbiotique, sorti chez Actes Sud en 2017, vous développez une autre manière de connecter économie et écologie. Pourriez-vous nous expliquer cette économie symbiotique ?

C’est à travers l’économie que nous traduisons concrètement notre vision du monde, dans la manière dont on produit ou comment les humains échangent entre eux. Pour être symbiotique, c'est-à-dire pour que notre prospérité se couple avec celle de la Terre, notre vision de l’économie doit être connectée avec la nature. J'observe qu'une frange de l'économie est déjà en train de muter dans cette direction. Elle est minoritaire mais significative. Ce sont les communes qui changent, les entreprises et notamment les TPE-PME, ainsi que quelques grandes entreprises qui ont encore une dimension familiale, même cotées au CAC40. J'observe un vrai mouvement dans le monde entier : aux États-Unis, en Russie, et même en Chine… Ce sont les régénérateurs !

Pouvez-vous nous présenter les trois piliers de l’économie symbiotique qui, mis en musique ensemble, pourraient créer la symbiose catalysant le...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager

S'abonner à économie coopérative et circulaire